أخر الاخبار
...
...

تمازيغت

أخبار جهوية

أخبار وطنية

أخبار محلية

أخبار العالم

MELILLA

الفن والذاكرة

البيئة

الثلاثاء، 26 أبريل، 2016

خطير: عبد السلام بوطيب يمنع عرض فيلم محمد شكري المبرمج بمهرجان الناظور


Erspress.com
بعدما كان مدير دار السينيما بمليلية السيد ادريس ديباك، قد تمكن من برمجة الفيلم الوثائقي الذي يحكي عن الأسطورة الكاتب العالمي والصعلوك الريفي الشهير محمد شكري، ضمن برنامج المهرجان الدولي بالناظور الذي سينطلق يوم 8 ماي إلى غاية 18 // 2016 ، وبعد حصوله على ترخيص المركز السينيمائي المغربي من أجل عرض الفيلم تحت عنوان " شكري، الرجل الصلب "، تفاجأ الأخير برد قاس وخطير، في بيان مقتضب صادر عن رئيس المهرجان عبد السلام بوطيب، يمنع من خلاله عرض الفيلم تحت ذريعة إحترام الأخلاق العامة، وبشكل خاص مشاعر المتدينين.
عبد السلام بوطيب، وردا على مدير دار السينما السيد ديباك من خلال بيان مقصر وسادي المضمون، وبعد الإشارة إلى كون مضمون الفيلم يتضمن مشاهد تخل بما سمّاه الحياء العام، واصل ساديته من خلال اتصالات أخرى كاشفا بها على البيروقراطية والإستبداد، عندما قال حرفيا : ( المهرجان ديالي ) بعدما قرر سحب الفيلم من برنامج المهرجان بقرار شخصي له، متناسيا أن المهرجان ممول من المال العام .
بوطيب الذي كشف عن وقاحته غير المعهودة، لم يكتفي بالإستبداد والبيروقراطية وهو يتولى تسيير المهرجان، بل تعدى ذلك إلى الكشف عن طابع عنصريمقيت يوظف للمرة الأولى داخل عالم الفن بالناظور، من خلال قوله لمدير سينما مليلية ما يفيد أنه ولكونه إسباني الجنسية، فإن مشاركته تبقى مرفوضة من الأصل وليفعل ما يمكنه فعله بعيدا عن مهرجانه، متناسيا ايضا أن الفيلم كان قد برمج قبل شهرين .
-------------------
بيان منتج الفيلم الوثائقي عن محمد شكري
-----------------
Communiquéde Driss Deiback
CHOUKRI CENSURÉAU FESTIVAL DE NADOR
Comme on l’annonçait depuis plusieurs semaines, le dernier travail du directeur de cinéma mélillien Driss Deiback, “Choukri, Un Hombre Sincero” undocumentaire sur Choukri, un écrivain marocain, polémique et maudit avait été sélectionné pour participer aux festivals de Malagaet de Nador. Dans la ville de la Costa del Sol, aura lieu la projection vendredi prochain 29 avril au théâtre Echegarayà 17h.
Au festival de Nador, elle avait été annoncée et allait être programmée pourle vendredi 6 mai à 18h et malgré avoir obtenu le visa d’exhibition du Centre Nationale de Cinématographie du Maroc, ça ne pourra pas se faire.
Le directeur du festival de Nador, AbdesslamBoutayeb, a fait savoir au directeur Deiback, il y a deux jours à travers un communiqué froid et bref, que dû aux thèmes délicats que le documentaire aborde et pour ne pas blesser les sensibilités surtout celles des intégristes religieux et d’autres spectateurs conservateurs, lui personnellement et de manière unilatérale décide de retirer de la programmation le documentaire pour déclarer à continuation quand on lui demande davantage d’ explications, avec l’arrogance propre à un burocrate médiocre“parce que c’est MON FESTIVALet point c’est tout;” oubliant qu’il s’agit d’un festival payé avec de l’argent public. Quand le directeur s’est plainten disant qu’il y avait plus de deux mois qu’il avait été sélectionné, on lui a répondu qu’il pouvait présenter toutes les plaintes qu’il voulait car étant donné qu’il était citoyen espagnol elles n’avaient aucune possibilité de prospérer au Maroc.
Voici quelques thèmes que le documentaire aborde et qui effraient le directeur du festival Aboutayeb.
1) La traductrice de Choukri,RajaeBoumedianne, une philologue reconnue marocaine affirme que pour les femmes musulmanes l’arabe est une langue répressive et castratrice,car elles ne peuvent pas exprimer dans l’intimité leurs désirs sexuels avec leurs amants sinon elles sont considérées comme des putains.Par contre, aux hommes, on leur tolère toutes sortes d’expressions même les plus vulgaires. Cependant comme le Coran considère que les femmes valent la moitié des hommes,à effets d’héritage et d’autres fins, on leur applique d’autres mesures.
2) Dans une autre scène, un professeur de philosophie affirme que grâce à ce que Choukri n’a pas assisté, petit, à l’école coranique, il s’est libéré de toute superstition religieuse et ainsi tout son potentiel créatif a été préservé d’un lavage de cerveau.
3) Dans d’autres, on dit que Choukri ne faisait pas le Ramadan, buvait de l’alcool et était un libre penseur.
4) Une autre scène qui dérange ledit AbdesslamBoutayeb,est que le documentaire rappelle , tel comme l’expose un écrivain connu et professeur tangérois-américain que ce que fit le plus de mal aux censeurs et continue toujours dans le monde musulman , est que cet écrivain rifain a écrit ses livres dans la langue sacrée du Coran pour décrire ce qu’il a expérimenté avec les drogues, la vie dans les rues , les prostibules et l’énorme injustice et violence que la société marocaine commettait habituellement avec les clases les plus défavorisées.
Probablement,après avoir calculé le scandale que cela allait provoquer et censurer quelquechose d’approuvé par le ministère,deux jours après, il se remet en contact avec le cinéaste mélillien et sans analyser les conséquences il lui dit que pour mitiger l’impact du documentaire pour le public et le faire passer inaperçu donc invisible, il était en train d‘étudier la possibilité – enfreignant sa promesse de le programmer à 18h –de le passer à 15h, car ce jour- là et à la même heure dans un autre lieu de la ville, on célébrera un événement propre au festival où on distribuera des prix et des hommages, entre autres au maire de Rotterdam,en conséquence la salle de projections à cette heure là serait vide de spectateurs . Et en plus, il pensait- violant toute règle de festival- projeter une copie de basse qualité d’image et de son que la productrice Ezran Films lui procura pour éviter tout acte de piraterie et seulement pour être projeté sur un ordinateur. Il refuse de recevoir de la productrice une copie de haute qualité. 
Tout un acte de sabotage d’un film de la part d’un festival qui, on suppose, doit donner son appui et la plus grande diffusion aux films sélectionnés et non s’acharner sur eux.
Des individus comme ceux-là, sont ceux quifont que le Maroc ressemble à une République Bananière.









مواضيع مشابهة :

ليست هناك تعليقات :

إرسال تعليق

جميع الحقوق محفوظة ©2013